Aller au contenu principal
Retrouver mon offre courrier
Main content
Offre10 code avantage
Tube de baume de massage, Le Rucher Notre dame en Provence Baume de Massage Spécial Articulations
Pot de gélules Arthrophytum, Le Rucher Notre dame en Provence Gélules Arthrophytum
Boite de gélules phyto articulations, Le Rucher Notre dame en Provence Gélules Phyto Articulations
Pot de gélules à la propolis, Le Rucher Notre dame en Provence Gélules à la Propolis

Arthrose vs Arthrite : le guide complet pour les différencier

Portrait Coralie
Rédigé par Coralie
Experte Gelée Royale du Rucher
Mis à jour le 08/06/2022

Arthrose vs arthrite… Beaucoup de personnes pensent que ces arthropathies dégénératives sont les mêmes. Douleur et raideur s’installent dans les doigts, les mains, les genoux, les hanches ou encore la colonne vertébrale. Toutes deux évoluent par poussées. Bref, il y a de quoi s’y méprendre, n’est-ce pas ? Pourtant, la différence entre l’arthrite et l’arthrose est de taille et l’inflammation y occupe une place centrale. Entre définitions, causes, symptômes et traitements, Le Rucher vous guide pour comparer en détail ces deux atteintes articulaires qui affectent notre santé.

L’arthrite, une grande famille de rhumatismes

Quelle en est la définition ?

Voici le « nom générique des affections inflammatoires, aiguës ou chroniques, qui frappent les articulations » (dictionnaire médical Delamare). Il englobe plus d’une centaine de pathologies différentes, dont certaines sont systémiques et s’étendent aux tissus du cœur, des reins, des poumons ou à la peau. Aussi, à la question « qu’est-ce que l’arthrite ? », la réponse est plurale. Il n’y a pas une, mais des arthrites !

Un petit point de grec ancien avant de vous faire perdre votre latin ? Ce terme dérive d’« arthron », qui signifie « articulation ». Il en découle le préfixe « arthro » dans notre langue latine. Associé au suffixe « ite », soit « inflammation », il a donc donné naissance au mot « arthrite ».

Quels sont les différents types d’arthrites ?

En voici une liste non exhaustive : 

  • l’arthrite rhumatoïde et la polyarthrite rhumatoïde ;
  • l’arthrite psoriasique (corrélée à du psoriasis) ;
  • l’arthrite septique (infectieuse ou réactionnelle) ;
  • la spondylarthrite ankylosante ;
  • l’arthrite juvénile idiopathique ;
  • le lupus ;
  • la goutte ;
  • l’arthrose, qui est la forme la plus fréquente.

Aussi, lorsqu’on se demande quelles sont les causes de l’arthrite, quatre grandes origines ressortent : 

  • auto-immune, comme les atteintes psoriasiques ou rhumatoïdes, le lupus et la spondylarthrite ;
  • métabolique (goutte) ;
  • infectieuse, en cas d’infections par un germe, une bactérie, un champignon ou un virus ;
  • mécanique (arthrose uniquement).

Bien qu’elle fasse partie de cette grande famille, l’arthrose est une arthrite non inflammatoire. Dans ce cas, qu’est-ce qu’une arthrite « inflammatoire », terme qui vous est peut-être familier ? Il s’agit de toutes les autres pathologies arthritiques. Cette dénomination illustre donc bien la place centrale de l’inflammation dans la physiopathologie de ces dernières.

Remarque : est-ce qu’on peut guérir de l’arthrite ? Oui, mais uniquement sous sa forme aiguë (septique ou métabolique). Les maladies auto-immunes et arthrosiques ne connaissent pas encore de remède.

L’arthrose, une pathologie arthritique un peu à part

Vous l’aurez donc compris, cette pathologie articulaire se dénote de ses consœurs. Pourtant, elle évolue aussi par poussée inflammatoire. Alors, pourquoi la distinguer ainsi ? On vous explique.

Qu’est-ce que l’arthrose ?

C’est là le « nom générique des affections chroniques dégénératives non inflammatoires des articulations ». Elles découlent d’une usure mécanique du cartilage, qui peut être : 

  • normale avec l’âge et le vieillissement ;
  • héréditaire lorsqu’elle est génétique ;
  • posturale (déformation des membres inférieurs, etc.) ; 
  • métabolique (obésité, syndrome métabolique, etc.) ;
  • traumatique (luxation, fracture, etc.).

L’inflammation n’est donc pas la cause de cette arthropathie, elle en est la conséquence. Et pour plus de précisions, il nous faut commencer par vous expliquer comment débute l’arthrose.

Quel en est le mécanisme pathologique ?

Cette maladie correspond à une incapacité de l’organisme à régénérer le cartilage suite à sa dégradation, qu'elle soit normale ou non. Cela engendre la fissuration des surfaces articulaires : les fibres de collagène s'effritent en de microscopiques morceaux. L’homéostasie et la biomécanique s’enrayent, provoquant une irritation progressive de la membrane synoviale. 

À ce stade aigu, la pathologie entre alors en phase « chaude », aussi appelée « poussée » ou « crise ». Le liquide synovial sécrété contient de nombreuses molécules pro-inflammatoires. Ainsi, l’inflammation articulaire n’est certes pas initialement à l’origine de l’altération cartilagineuse, mais elle l’aggrave par la suite. S’ensuit une phase « froide », chronique : la stagnation de la maladie.

Est-ce que l’arthrose se soigne ? Oui. Est-ce qu’elle peut disparaître ? Non. Le corps ne parvient plus à réparer les dommages et hélas, il n’existe à ce jour que des traitements symptomatiques !

La différence entre l’arthrite et l’arthrose en 4 points

Prérequis : la comparaison entre ces deux pathologies articulaires ne fait sens que si, par le mot « arthrite », il est fait référence à ses formes inflammatoires.

La cause des lésions articulaires 

Dans le cas d’une affection arthritique, c’est l’inflammation de la membrane synoviale qui est responsable de la dégradation du cartilage.

À l’inverse, dans le cas de l’atteinte arthrosique, c’est la dégradation du cartilage qui est responsable de l’inflammation de la membrane synoviale. L’origine de cette altération structurelle est d’ordre mécanique. 

La symptomatologie

Quelles sont les douleurs de l’arthrite ?

Inflammatoires et essentiellement nocturnes, elles peuvent vous réveiller en fin de nuit. Elles augmentent au repos et diminuent avec l’activité physique.

Quelles sont les douleurs de l’arthrose ?

  • En phase froide, elles sont « mécaniques » et diurnes. Le repos les soulage tandis que les mouvements les accentuent.
  • En phase chaude, elles s’avèrent identiques à celles de l’arthrite.

Quels sont les autres signes cliniques qui permettent de les différencier ?

Voici un tableau qui explique quels sont les symptômes de l’arthrose, en regard de ceux de l’arthrite, ainsi que les articulations les plus fréquemment atteintes.

  Arthrose Arthrite
Répartition des atteintes Rarement symétriques Souvent symétriques
Type de déformation de l’articulation Froide en-dehors des poussées (sans signes de chaleur ou de rougeur) Chaude (associée à des signes de chaleur ou de rougeur)
Enraidissement articulaire Phase de déverrouillage matinal d’environ 30 minutes Phase de déverrouillage matinal d’environ 60 minutes
Craquements / crépitations Oui Non
État général Non altéré Possible fièvre, anémie, fatigue et perte d’appétit
Articulations touchées Principalement les genoux, les mains, les doigts, les hanches et la colonne vertébrale. Toutes celles du corps

Le diagnostic

Ajoutée aux éléments cliniques, la radiographie permet d’objectiver ces pathologies articulaires. En cas d’inflammation, le bilan biologique annonce notamment une augmentation des plaquettes et de la vitesse de sédimentation. 

Les traitements médicamenteux

Arthrose ou arthrite, dans les deux cas l’allopathie reste envisagée en première approche ou en traitement de fond. Antalgiques, AINS et corticoïdes sont utiles face à certains symptômes. Néanmoins, chacune possède des médicaments spécifiques, tels que : 

  • des antimétabolites (méthotrexate, etc.) pour certaines arthrites auto-immunes ;
  • de l’acide hyaluronique afin de traiter l’arthrose (surtout celle du genou) ;
  • des hypo-uricémiants en cas de goutte ;
  • des antibiotiques en situation d'arthrite septique.

Dans le cas où le traitement n’abaisse pas le niveau de douleur ou d’inflammation et que les lésions s'aggravent sévèrement, la chirurgie est parfois envisagée (arthroplastie ou pose de prothèse).

Vous savez maintenant quelle est la différence entre l’arthrose et l’arthrite. Bien qu’elles soient nombreuses, c’est pourtant dans leurs similitudes que naissent certains conseils indispensables à leur bonne prise en charge.

Arthrose vs arthrite, une comparaison qui met aussi en lumière des points communs

À l’exception des arthrites métaboliques, infectieuses et réactionnelles, elles évoluent par poussées inflammatoires aiguës et ne peuvent être guéries. Aussi, dans les deux cas, les traitements naturels occupent une place de choix à long terme. Ils soulagent la douleur chronique ainsi que l’inflammation et limitent la gêne fonctionnelle.

Les traitements non médicamenteux

Suite à l’apparition et au diagnostic de ces arthropathies, les professionnels du secteur paramédical peuvent vous être d’une grande aide. Massage, pose d'orthèse, mobilisation, conseils ergonomiques… Ils possèdent un large champ d’action. Les consultations se font sur ordonnance par prescription de votre médecin traitant.

Les médecines alternatives et douces se révèlent aussi très intéressantes en parallèle de la médecine classique : 

  • aromathérapie ;
  • phytothérapie ;
  • acupuncture ; 
  • ostéopathie ;
  • etc.

🐝 Découvrez les traitements naturels de l’arthrose des doigts et de la main.

L'hygiène de vie, ou comment soulager l'arthrite et l'arthrose en ayant de bonnes habitudes

Les facteurs de risque non modifiables de ces maladies sont les mêmes et restent immuables. Nous sommes bien impuissants face au vieillissement naturel de notre corps, à notre sexe et notre génétique, que voulez-vous ! Il existe cependant des leviers de santé sur lesquels nous pouvons agir, comme : 

  • une activité physique régulière (exercices, sport, activités manuelles, etc.) qui limite le risque de prise de poids et entretient la mobilité ; 
  • une alimentation saine et équilibrée, riche en vitamines, en minéraux et en antioxydants.

Arthrose vs arthrite… Vous voilà apte à les distinguer, que ce soit pour vous ou votre entourage. La clé de la réussite de leur prise en charge à tout âge ? Une approche globale et pluridisciplinaire qui implique autant les soignants que les patients. Car au-delà de leurs différences, c’est bien le grand point commun de ces arthropathies : elles sont souvent mieux soignées quand nous en comprenons les spécificités !

Aller plus loin : Quelles solution pour traiter l’arthrose cervicale naturellement ?

Sources :

  • https://oraprdnt.uqtr.uquebec.ca/pls/public/gscw031?owa_no_site=1313&owa_no_fiche=142
  • https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01800844/document
  • https://oppq.qc.ca/blogue/arthrite-arthrose-polyarthrite-rhumatoide/
  • https://www.revmed.ch/revue-medicale-suisse/2006/revue-medicale-suisse-57/les-arthrites-septiques
  • http://www.lecofer.org/item-cours-1-19-0.php#ch_4
  • http://www.lecofer.org/item-cours-1-20-6.php#ch_7
  • http://www.lecofer.org/item-cours-1-17-0.php#ch_5
  • http://www.lecofer.org/item-cours-1-10-6.php#ch_4_6
  • https://arthrite.ca/a-propos-de-l-arthrite/qu-est-ce-que-l-arthrite
  • https://histoire.inserm.fr/les-domaines-de-recherche/physiopathologie
  • https://www.vidal.fr/maladies/appareil-locomoteur/arthrose-rhumatismes/medicaments.html